Facebook, Twitter, Google + : La guerre est-elle déclarée?

Avant toute chose, je sais. Oui, je sais que j’ai abusé, pas d’articles en six jours. C’est mal.  Mais vous m’avez déjà pardonné, bien sûr?

Ce soir, pour vous, je me suis penchée sur le cas des réseaux sociaux et sur ce qu’ils nous apportent et ne nous apportent pas. Parce que, oui, Facebook, Twitter, Google+ sont des outils très intéressant pour ce qui est du marketing, du commerce, de la visibilité sur le net, et j’en passe. Mais vous, avouez-le: tout ça, vous n’en avez rien à carrer hein? Et si on s’intéressait à ces «outils» de notre point de vue de personnes «normales», ni connues et reconnues, étudiants ou salariés, célibataires, en couple, morts ou vivants (Okay. Non. Ce dernier, je vous prierai de l’oublier, vite)…

Pour ma part, je n’ai pas choisi, je ne prend pas parti, j’ai un compte sur les trois. Cela, tout simplement parce que je suis convaincue qu’ils ne remplissent pas tous la même fonction dans mes activités sur la toile.

Passage au crible?

On commence par le plus ancien et celui qui est encore le plus ancré en France: Facebook. Bon, je ne vous dit pas comment ça marche et en quoi ça consiste, vous le savez.

Musique-en-ligne-facebook_867.jpg

Objectivement, tout le monde, ou presque, est sur Facebook. Il y a donc un coté pratique et assez communautaire. Malgré la mise à jour (toute bidon, soit dit, en passant), son utilisation est simple, à la portée de tous.

Les points forts: la possibilité d’organiser des événements (gros avantage de Facebook avec un système d’invitation et de réponses pas mal foutu) et de suivre un peu la vie de ses amis, sa famille.

Les points faibles: Le côté malsain de la chose. Les actu’ Ô combien passionnantes comme «John est parti acheter des gâteaux».

Utilité? Se tenir au courant des évènements, rester accessible vis a vis de vos contacts proches ou non, balayer leur actualité au quotidien.

Et Twitter?

twitter-logo.png

 

Aaah! Twitter. La bête noire des Français. Pas mal de monde s’évertue encore à trouver Twitter compliqué et sans intérêt. Pour ma part, j’y passe plus de temps que sur Facebook. L’avantage est qu’une personne peut nous suivre sans qu’on soit obligé de la suivre pour autant (Et HEUREUSEMENT, parce que Katy Perry, elle en a rien à cirer des actu’ de Jean-Michel qui est un grand fan et qui vit dans la creuse, hein!). La différence avec ce dernier réside dans l’info qu’on y trouve. Pour ma part, je suis trois catégories de comptes. Les personnalités, les entreprises ou marques qui m’intéressent et des bloggeuses. Très peu d’amis réels, en fin de compte.

Les points forts: Avoir l’actu’ en exclusivité et de source directe. Partager des contenus intéressants. Le fait de ne pouvoir publier que des messages très courts permet d’accéder rapidement à des infos claires et à un déballage de vie limité.

Les points faibles: C’est «addictif» à souhait. L’application pour smartphone hyper réussie en est en partie responsable. (Okay, c’est pas vraiment un défaut. Il semblerait que je prenne parti…)

Utilité? Suivre l’actu’ des profils «publics» avant tout le monde.
Enfin, le petit dernier en date: Google +!

google_plus_logo.jpg

Pour l’instant, pas grand chose à dire malheureusement. J’ai été parmi les premiers à s’inscrire mais ça se traine tout ça. Pas grand monde dessus. Mais ça commence à arriver!

Les points forts: Avec son système de cercles (famille, boulot, patrons potentiels, connaissances, amis…) que vous programmez à votre guise, vous avez la maîtrise de la diffusion vis a vis de ce que vous publiez. Le bouton «+1» qui commence à prendre une ampleur très importante sur la toile. Un «j’aime» en différent.

Les points faibles? Google + ne semble pas rencontrer le succès qui lui est dû. Pour l’instant… Pour l’instant.
Utilité? Et si le but était justement de ne pas créer un nouveau Facebook en mieux? Et si le fait que tout vos amis n’aient pas rejoint Google + était, au final, une bonne chose? Utiliser ce réseau pour entretenir vos contact pro’, par exemple, pourrait être une alternative à des sites par très fun, tels que Viadeo.

 

On résume? Facebook pour les fêtes, les copains, la famille. Twitter pour les info’ croustillantes et l’actualité en temps réel. Google + pour vous créer une vitrine au milieux d’un réseau plus pro’.

En espérant avoir éclairé un peu ceux qui pensaient devoir choisir. Si vous avez des avis différents, je serai ravie que vous les partagiez avec moi!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur “Facebook, Twitter, Google + : La guerre est-elle déclarée?

  1. stelda dit :

    Je te pardonne tes 6 jours de silence : ton article est idéal pour un dinosaure du réseau social (je suis plus apéro en vrai que tweeteuse frénétique). Bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *