Mais pourquoi le vernis à ongles ?

DSC04287.JPG

 

 

Coucou mes jolis flacons sans acétones (Là, je sens pointer la critique vis a vis de ce surnom, pourtant très recherché…),

 

 

Je pense que vous êtes au courant, hier c’était l’anniversaire de notre Pshiiit nationale. Pshiiit, elle nous a montré qu’on pouvait s’amuser avec nos vernis et oser bien plus que le rouge classique. Elle a démocratisé les paillettes (et là, MERCI). Alors que je n’étais pas convaincue par le nail art, elle m’a achevée avec des créations toutes plus belles les unes que les autres, au fil des jours. Elle nous a initié au stamping pas vulgos, elle m’a fait aimé le rose, elle nous a montré que le néon n’est pas réservé aux drag-queen. Pshiiit, au nom de ma caisse de vernis, MERCI.

 

 

D‘ailleurs, en parlant de cette fameuse caisse de vernis. Hier, pour la célébration, je l’ai ressortie (et, une centaine de vernis, la vache, ça pèse lourd !). Je me suis projetée, il y a deux ans. Je me rongeais les ongles (un mec sympa est passé par là et m’a demandé d’arrêter, chic type) et je jurais (sur la tête de qui voulait bien passer par là) que jamais je ne porterai de vernis, que c’était vulgaire (bon, en même temps, la dernière fois qu’on m’avait vu en porter, c’était très noir et c’était pendant ma période « reine des ténèbres »).

 

Les temps ont changé et ça fait maintenant un an que je ne sors jamais sans vernis. Je ne suis pas la seule à m’être soudainement prise de passion pour ces jolies couleurs au bout des doigts. Je me suis donc questionnée (un peu) et me suis posé la question fatidique (et Ô, magnifiquement formulée): Il s’est passé quoi bordel ?

 

 

Bon, je vais me la jouer économiste, cinq secondes. Je met mes lunettes, je prend mon air sérieux. On peut y aller:

C‘est la CRISE, mes amis. Et oui, sachez-le, ma folie a commencé avec un vernis Chanel. Comment j’explique ça ? Premier gros salaire, je veux me congratuler moi même, me faire un beau cadeau, taper dans le luxe bling bling parce que je le vaux bien (que je croyais !). Et puis non, un sac Chanel, ça vaut un peu 3000€, donc on remballe la lubie passagère et on va s’acheter un parfum chez Sephora. Mais voilà le parfum, il sent pareil que ma Mamie (et, même si j’adore le parfum de ma Mamie, je peux décemment pas adopter le même) et il coûte un bras. C’est alors que le rayon maquillage s’est ouvert à moi et que j’ai pu remarquer ces petits flacons pigmentés, siglés Chanel (mes yeux de mouton conditionné se sont mis à briller). C’était « seulement » 30€, c’était beau, c’était du luxe, j’avais trouvé mon cadeau de moi à moi. 

 

Ce que je n’avais pas prévu, c’est que j’allais adorer porter ce vernis et qu’une boutique Kiko allait ouvrir peu de temps après à 15 minutes de chez moi. La suite, vous la connaissez…

 

Le vernis à ongle, nouvel indicateur de richesse ? Vu qu’on fait difficilement la différence entre un Kiko, un Models Own, un Chanel ou un Dior, je ne pense pas. Certains pensent qu’il remplace le rouge à lèvre dans ce rôle. Encore une fois, je ne pense pas. Le rouge à lèvre pouvait fonctionner comme un indicateur de richesse car il était sorti dans les transports, au travail (et là, tout le monde voit si ton tube c’est un L’Oréal ou un Givenchy). Alors que, le vernis à ongle, je ne l’ai pas dans mon sac et personne ne voit le flacon (ah bon ? Tu te fais pas les ongles au bureau ?).

 

 

Aujourd’hui, pour accessoiriser, donner du pep’s à une tenue ou, au contraire, lui apporter une classe indéniable, je mise sur le vernis à ongle, plus que sur les bijoux ou le sac à main.  Et puis, avoir de belles mains, ça change tout, on se sent plus féminine. Pour conclure, disons que le vernis à ongle connaît un grand succès car il reste abordable (en général) et, surtout, il permet un peu de fantaisie et de changements (moins contraignant que le coiffeur, non ?).

 

 

 

 

Et vous, mes flacons sans acétones ? Vernis addict ou raisonnées ? Vous et le vernis à ongles, ça a commencé comment ?

Comment expliquez-vous l’engouement soudain pour ces petits flacons colorés ?

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

0 commentaires sur “Mais pourquoi le vernis à ongles ?

  1. Marine-nails dit :

    Totalement vernis addict, mon blog en dit long de toute façon lol surtout que j’ai acheté 300vernis en moins d’un ans, quand j’vois ça j’ai honte et j’me demande comment j’ai fais, et sinon c’est
    un effet de mode qui s’est installé et maintenant les vernis changent de couleurs comme les fringues changent de tendance ^^ mais c’est sympa j’trouve ^^ façon avec ma collection j’peux pas dire le
    contraire xD

  2. Aël Xäx dit :

    Ma passion du vernis a commencé quand j’ai quitté la maison familiale. En fait, quand j’y étais je n’avais droit qu’au vernis rose pastel (et encore, j’avais du me battre). En guise de rébellion,
    je suis passée au fushia, puis au bleu, au vert… mais je me suis de nouveau assagie depuis xD
    Quoi qu’il en soit, économiquement parlant, c’est aussi devenu l’un de mes pôles principaux d’investissement ^^

    Article toujours aussi bien écrit, soit dit en passant 😉

  3. Ju dit :

    C’est clair qu’aujourd’hui, on en voir vraiment partout !!!! Les ongles sont devenus des accessoires et ça n’est pas pour me déplaire !!! Avant moi le vernis… mouais bof, de temps en temps et
    encore juste un transparent rosounet… Aujourd’hui moi le vernis… Oh ouiiiiiii !!!!!! Des couleurs, des paillettes, des motifs…. Z’adore !!! On en change comme de culotte, ça met du pep’s à
    une tenue trop stricte… bref, jsuis addict !

  4. Illyria dit :

    Article intéressant! C’est vrai que cet enthousiasme pour le vernis à ongles mérite d’être interrogé, je ne pense pas que Pshiiit aurait eu ce succès avec un autre produit make up…
    Mais personnellement, le vernis à ongles je ne m’y serais jamais intéressée sans la blogosphère, j’ai eu le déclic avec le blog de Pshiiit, et c’est quelque chose que j’ai adopté, parce que ça me
    parait d’affirmer ma personnalité, de montrer que j’ai une part d’originalité, une identité, que je ne suis pas qu’une fille effacée… (et ça a été important pour moi cette année, étant tombée
    dans une classe où j’ai été rejetée…)

  5. Tipiii dit :

    Et bien moi ça a commencé avec Pshiiit aussi ^^

    Au départ, je me contentais de parcourir son site avec des yeux émerveillés, en me disant que c’était bien trop joli pour moi.

    Puis j’ai commencé à me vernir les ongles régulièrement, puis à faire des manucures au scotch (avec seulement 5 couleurs !), puis on m’a offert pleiiiin de vernis Kiko, puis l’addiction s’est
    installée :p

    Mais en même temps, j’aime bien (mon porte-monnaie moins…) donc ça me va ^^

    Mais depuis, je ne peux plus laisser mes ongles sans vernis, c’est comme si je sortais toute nue !

  6. Bulle dit :

    Vernis addict également :D. Et je crois que Pshiiit y est pour beaucoup ! D’ailleurs, ça fait 1 semaine que je n’en ai pas mis pour le travail et puis vu que je vais a la piscine 2 fois par semaine
    ça te flingue ta manucure alors ça dégoute un peu ! Mais demain, soirée oblige, je me vernis les ongles, quelle couleur choisiiir … ?
    Belle collection en tout cas 😉

  7. Eugénie (Leather and spikes) dit :

    c’était en décembre dernier, ma maman m’ayan offert un coffret mascara-crayon-vernis d’une collection gossip girl de chez gemey. j’ai reçu les trois coffrets de la collection, et donc trois vernis,
    mes premiers (rouge, beige nude, marron foncé chocolat).. depuis décembre, ma collection a évolué, et j’en ai plus de 50 désormais, et je ne compte pas m’arrêter là!

  8. Pipou dit :

    Mais oui je suis trop d’accord avec toi sur le vernis ! Ca peut finir un look admirablement ! Pour moi, mon vernis finit une tenue et j’adore voir mes ongles colorés qui courent sur mon clavier en
    plus ^^
    Aaaaaah et détrompe toi, mes 2 soeurs se vernissent les ongles dans le train ! (enfin je crois bien que c’est les 2 seules personnes que j’ai jamais vu faire ça hé hé XD)
    Enoooorme ta collec de vernis !

  9. Aline Ea dit :

    Ahlala.. moi ça fait deux ans et demi ! Et encore, quand j’étais toute petite je lorgnais sur les flacons de mes grandes cousines ! 🙂
    Ya deux ans et demi, j’ai enfin arrêté de me ronger les ongles. Je partais de zéro, il me fallait du matos. Top coat, durcisseur.. Et puis des couleurs. J’ai commencé par m’acheter un rouge de
    qualité DAUBESQUE chez Yves rocher, qui est devenu pateux au bout de.. 2 mois ? Boycott total de cette marque depuis, d’ailleurs.
    Et puis j’ai découvert OPI.. Transdesign.. Et puis est arrivé Monsieur, bien au courant de ma nouvelle lubie et qui l’a encouragée (genre, « oh tiens je passe une commande sur Asos, je te prends un
    Rimmel ? ») 😀
    Enfin voilà. Alors certes c’est un effet de mode, ni plus ni moins, mais j’espère qu’il va durer !

  10. Stelda dit :

    Coucou, j’ai lu ton article pendant mes vacances et n’arrivais pas à commenter… je ne te raconte pas la frustration!!! C’est rigolo que le vernis né pendant le crise de 29 retrouve ses lettre de
    noblesse grâce à la crise de 2010!
    Faut dire qu’il y a eu de sacrés progrès aussi dans les produits : je me rappelle qu’il y a 20 ans, quand tu posais ton vernis, tu avais l’impression que ton ongle ne respirait plus. C’était comme
    si on on appuyait dessus. Une sensation très désagréable. Et le vernis flinguait vraiment les ongles à l’époque.
    Outre le côté mode à petit prix, je pense qu’une autre part de son succès est sa relative discrétion. Autant une jupe à paillettes sera déplacée dans un RV pro, autant un vernis pailleté, si le
    reste de la tenue est sobre, passera plus facilement (et au pire, tu le mets sur les orteils, personne ne le voit mais toi tu le reluques avec amour le soir, héhéhé).

    1. all-and-co dit :

      Purée oui, le vieux vernis qui te faisait des bleus au bout des doigts. Ma grand mère m’en avait ressorti un (qui n’avait pas bougé niveau texture, inquiétant…) et c’était une horreur. La
      douleur…

      Franchement, oui, la discrétion rentre en compte. On peut se permettre plus d’excentricité avec un vernis à ongle qu’avec un sac à main ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *