Encre & tentacules

Bonjour mes petits poulpes,

Aujourd’hui, encore un article un peu particulier. J’aurais pu l’appeler « j’ai testé pour vous : le tatouage », mais non. C’est d’une expérience tout à fait personnelle et un peu de moi, aussi, dont je vais vous parler finalement à travers cet article sur mon tatouage…

Encre & tentacules

Vous avez été nombreuses à me poser des questions sur Instagram, par mail ou dans vos commentaires, à propos des petites tentacules sur mon bras. Je dois l’avouer, je suis particulièrement fière de ces dernières.

J’ai effectivement une jolie pieuvre tatouée sur le bras depuis quelques semaines. Son histoire est plutôt simple. Cela fait 3 à 4 ans que je songe à ce symbole, à cette pieuvre et à ses longues tentacules, à leurs significations pour moi. Non, ça n’est pas mon animal préféré. Plutôt un « totem », un rappel.

Ma première démarche a été de rechercher un motif, sur internet et dans des livres, pour l’immortaliser sur mon poignet gauche. Ne me demandez pas pourquoi, cette pieuvre, je ne l’ai jamais imaginée ailleurs qu’à gauche. J’avais trouvé quelques jolis specimens, que je voulais en simple ombre, emplie d’un noir profond. Je voulais aller au plus simple.

Et puis j’ai attendu, attendu, parce que j’avais peur des aiguillles, j’avais peur de ne pas aller au bout. Je savais par contre que je ne regretterai pas le geste. Je n’étais pas pressée et j’ai pris mon temps. J’ai muri mon projet et j’ai voulu plus de finesse, plus de détails, des gribouillis…

Encre & tentacules

J’ai réfléchi puis je me suis dit que je voulais avoir un motif à moi, pour moi, que l’on aurait pensé pour moi, dessiné pour moi. J’ai demandé des devis chez plusieurs tatoueurs dont certains étaient très connus. Aucun d’entre eux ne m’a parlé de mes inspirations, de « dessin ». Ils ne m’ont pas non plus fait de suggestions.

Puis j’ai accompagné mon copain qui lui même devait se faire tatouer, au salon Tribal Act, à Paris République. Pas mal de tatoueurs bossent là bas de temps en temps. Ils ont tous des styles propres. Je les considère un peu comme des artistes. Chacun choisi son tatoueur en fonction de ses envies. Pour ma part, j’avais besoin que quelqu’un soit à l’écoute de mon projet et me fasse une proposition qui me correspond, qui se pliera à mon mode de vie et à mes goûts. Je crois que c’est le mot « gribouillis » qui a poussé le type sympa de l’accueil à me diriger vers Sacha. On a discuté un peu et il a vite compris ce que je voulais. Il m’a demandé de lui envoyer un mail avec mes inspirations et un rappel de mes envies puis m’a donné rendez-vous un mois après (ce qui est un délais assez court, chez Tribal Act !).

Jour J : j’avais pris ma journée, coupé mon téléphone portable, évité de consulter mes mails, histoire d’être la moins possible exposée au stress. J’ai suivi quelques conseils de base prodigués par mon tatoueur mais aussi dénichés ici et là…

– Ne pas pratiquer de sport (ou toute autre activité physique, hihi) la veille ou le jour même pour éviter que le sang ne soit trop fluide,

– Bien boire et s’hydrater la zone à tatouer dix jours avant le D Day (et c’est une bonne habitude que j’ai conservé !),

– Ne pas consommer d’alcool, de drogue (le chocolat, vous pouvez),

– S’accorder une looongue nuit de sommeil ET prendre un petit déjeuner bien costaud !

Et c’est parti…

 

Encre & tentacules

Je débarque chez mon tatoueur plus stressée par la découverte du dessin que par les aiguilles. Et là, c’est formidable. Le dessins que me montre Sacha est juste sublime et je n’ai rien à redire. Il l’enroule autour de mon bras pour me montrer ce que cela va donner. C’est grand, très grand. Mais c’est ce que je veux, à ce moment là je le sais précisément et je n’hésites absolument pas. On est partis pour les aiguilles.

Première séance de quatre heures. J’ai MAL. Le tatoueur parle un peu avec moi, me donne des techniques pour me détendre (il faut SOUFFLER et relacher mon bras) et reste très patient avec moi. Même en me contrôlant et en me détendant, j’ai mal. Mais je tiens. Cela ne sert à rien que je vous décrive la douleur, elle est propre à chacun. Certaines personnes arrivent à s’endormir pendant un tatouage. J’en étais loin pour ma part. Comme quoi, cela dépend des personnes. La deuxième séance a duré deux ou trois heures et était très différente. Je savais à quoi m’attendre et je n’avais pas d’inquiétudes, j’avais prévu une boisson très sucrée et un peu de pâte d’amandes en cas de « coup de mou » et les remplissages brûlent plus qu’ils ne causent une douleur vive, comme les contours. Les retouches ont pris une petite heure quant à elles et étaient très supportables. J’ai eu trois semaines d’intervalle (de cicatrisation surtout) entre chaque rendez-vous.

 

Encre & tentacules

Concernant la cicatrisation, chacun y va de son petit conseil. Lorsque je devais me déplacer et porter des vêtements sur mon bras, je mettais une bonne dose de crème dessus et je l’enroulais de cellophane. Autant que possible, mon tatouage était à l’air libre (ce qui a été assez simple vu que je travaille de chez moi).

J’ai commencé à l’hydrater avec du Bépanthène mais j’ai trouvé que cette crème présentait beaucoup de désavantages (très grasse, elle tâche les vêtements, la compo’ n’est pas top et peut entraîner des réactions) et je suis partie sur du Cicalfate d’Avène. La crème est blanche et rend le tatouage peu présentable les premiers jours, mais qu’importe… Cette crème est plus chère que la première mais pour ma part j’ai trouvé que la cicatrisation opérait bien mieux. Je l’ai appliquée pendant trois semaines jusqu’à ce que les « croutes » disparaissent et qu’il n’y ait plus de reliefs ni de « bobos ». Ensuite, je suis passée à une crème à l’Aloe Vera (de Planters) pour l’hydrater matin et soir. Et je continue ! Dès le début, je lavais mon tatouage sous l’eau avec un savon au PH neutre (le Dop au miel), après m’être soigneusement lavé les mains.

Pendant la cicatrisation, il faut savoir une chose : ça gratte, comme la mort. C’est ignoble. Au début ça va, puis après cinq jours il m’est arrivé de me lever un plein milieu de la nuit plusieurs fois pour anesthésier mon bras sous l’eau glacée (parce que oui, gratter serait une très mauvaise idée). Une autre astuce est de « frapper » le tatouage mais lorsqu’il est encore frais, c’est un peu rude.

Enfin, je protège mon nouveau bras par une crème Avène peaux sensibles SPF50+ à chaque fois que se pointe un rayon de soleil et je ne l’expose que depuis très peu de temps et le moins possible !

Désormais, c’est mon bras, au complet, comme je pense qu’il devait être. C’est difficile à expliquer. J’ai finalement opté pour un grand motif très travaillé, parce qu’il aurait été dommage de ne pas exploiter toute la beauté du motif. Cette pieuvre fait partie de mon bras, de mon corps. Le regard des gens m’amuse. Je n’y suis pas habituée. Je ne sais pas s’ils se disent que je n’ai pas une tête à tatouage ou si ce motif les surprend. J’ai parfois l’impression qu’ils se demandent ce que c’est (une grande partie de la bête est cachée à l’intérieur du bras, ce qui rend le tatouage plus « discret » que ce que l’on pense). Mes proches ont été surpris mais je crois qu’ils se sont vite habitués.

Et moi, j’ai l’impression que ma pieuvre, elle a toujours été là.

0 commentaires sur “Encre & tentacules

  1. Dorine dit :

    Je suis trop contente de découvrir ton article ! Depuis que j’ai découvert ton tatouage hier, je n’arrête pas d’y penser, j’en ai rarement vu d’aussi artistique, c’est vraiment sublime ! Est-ce que je peux poser une question indiscrète pour connaître le prix ? 🙂

    1. all-and-co dit :

      Coucou Dorine,
      Merci beaucoup 🙂
      En tout, j’en ai eu pour un peu moins de 500 euros il me semble. J’ai payé une première partie, puis un peu plus pour la rallonge et les retouches étaient offertes car j’ai bien pris soin de ma bestiole !
      N’hésitez pas si tu as des questions 😉
      Gabrielle.

  2. Alessak dit :

    Merci pour ton article, ça fait longtemps que je pense me faire un tatouage mais je ne parviens pas à trouver vraiment quelque chose qui me corresponde, qui signifie quelque chose…du coup je n’ai pas encore franchi le pas, et j’ai un peu peur de la douleur, puis pour après (la cicatrisation)

    1. all-and-co dit :

      Mais de rien, merci de m’avoir lue 🙂
      Pour ma part, je ne suis pas partie de l’envie d’un tatouage mais d’un symbole important pour moi. Donc je ne sais pas trop quoi te conseiller si ce n’est de prendre tout ton temps…
      Je ne vais pas te mentir, moi j’ai eu mal. Mais ça dépend des gens ! Il faut arriver serein, reposé et on supporte en général. Et pour la cicatrisation, il faut être vigilant et assidue dans les soins et ça se passe bien ne t’en fais pas. Si tu as des questions tu n’hésites pas 😉

  3. Stelda dit :

    Ouh, la vache! Tu n’y as pas été de main morte, dis donc!! En tout cas, oui, ça te correspond. C’est ton côté r’n’r’ caché que tu oses enfin dévoiler ;-). Et ce tatoueur est fabuleux, vraiment.

    1. all-and-co dit :

      Hihi beaucoup ont eu ta réaction concernant la taille de la bête 😉
      Effectivement, je dévoile, je dévoile…
      Merci pour les compliments <3

  4. Dorothée dit :

    Bonsoir,
    Ton article est super. J’aime beaucoup l’explication de ta démarche.
    Ton motif est très original. Le travail est superbe. Tu a eu la chance d’avoir un tatoueur qui ta bien comprise. J’espère avoir la même chance dans le choix de mon tatoueur.
    Merci pour ton retour d’expérience en tout cas.
    Bises

  5. Ker dit :

    Trop beau, de toute façon Sacha est l’un des meilleurs, alors j’ai vraiment une question bête, bête, bête, est ce qu’on peut s’épilé le bras quelque jours avant de se faire tatouée, car ‘ai peur qu’avec le rasage, les poils repousse encore plus :/

    1. all-and-co dit :

      Hey !
      Oui mais minimum une semaine avant je dirais. Sinon ta peau va être très sensible. Mais effectivement si ne tatoueur rase juste avant ça repousse dru…
      Bon courage ;-D

    2. Ker dit :

      Merci c’est gentil de m’avoir répondu, bon je vais faire ça alors, vu que je suis brune, je préféré pas prendre le risque, au moins quand il va me raser ( car je crois qu’ils le font quand même obligatoirement ) et bah j’en aurais déjà plus mouhaha :D.
      Et toi sinon, tu t’es épilée avant ou il t’as rasée du coup ?

    3. all-and-co dit :

      J’y avais pas pensé vu que je suis pas poilue DU TOUT. J’avais rien de rien mais rasage quand même et maintenant mon bras est poilu un peu u_u". Du coup j’attends encore un mois d’être BIEN cicatrisée et je vais épiler à la cire pour repartir à zéro.

    4. Ker dit :

      Ha bah ça va t’as de la chance de ne pas être du tout poilue, et puis après si tu l’es juste un peu maintenant c’est pas trop grave 🙂 !
      Merci pour tes conseils, je suis un peu stressé comme c’est mon premier, et la date approche ! En tout cas j’aime beaucoup ton blog et ton instagram ! 😀

    5. all-and-co dit :

      Oh merci beaucoup :3
      Ne t’inquiète pas. Ca ne sera pas le moment le plus agréable de ta vie mais c’est vraiment surmontable. Pour ma part, je suis douillette, j’ai eu mal, mais j’ai encaissé alors que je ne me croyais pas capable de le faire. L’envie d’être enfin "complète" permet d’aller au delà. Et la douleur s’oublie, crois moi ! Bon courage et fais moi signe quand le tiens est terminé 😉

  6. Cléa dit :

    C’est marrant, j’en ai une aussi, de pieuvre, en projet sur la cuisse.
    Et pour la cica des tatouages y’a des recettes veganes plutôt simples de baumes qui sont bien moins relou que la bepanthène et compagnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *