J’ai testé Sleek : épilation durable « at home »

Bonjour vous,

Aujourd’hui, je vous parle (ENFIN ?) de mon expérience avec l’épilateur Sleek, by MĒ. Certains ont suivi mon expérience il y a quelques moi dans le sublime hôtel Nolinski où la marque m’avait invitée pour découvrir toute la gamme de ses innovations (je vous parlais d’ailleurs de l’une d’entre-elles, ici, il y a peu). Parmi ces belles découvertes, une nouveauté et non des moindres : l’épilateur Sleek qui utilise la technologie Elos, et combine lumière pulsée et radiofréquences, pour venir à bout de 94% des poils traités en 7 semaines (à raison d’un passage par semaine).

Sur le papier, ça fait rêver. Mais vous commencez à me connaître, j’aime vérifier par moi-même. Après 10 semaines consécutives de test, je pense pouvoir vous en parler convenablement.

epilateur lumiere pulsee me

Avant toute chose, il est important que tout le monde soit en phase : nous sommes tous différents, nous avons tous une peau, un système pileux, une carnation qui diffèrent et par conséquent nous réagissons tous différemment. Je suis apparemment une candidate idéale car cette technologie connaît ses meilleurs résultats sur les brunes à peau claire (Wednesday Adams, c’est moi). Je vais donc vous parler de mon expérience personnelles, en tâchant d’informer sur certains cas de figure autres.

Tout d’abord, l’engin :

Un boitier blanc, plutôt joli, tout plat, tout tactile, tout lumineux. Il est nécessaire de le brancher sur secteur pour s’en servir (pas de panique, les câbles sont très longs). En quelques secondes seulement il est prêt à être activé. On se saisit alors de « l’applicateur » qui est très pratique à tenir en main, très léger. On sélectionne le niveau de lumière pulsée (3 niveaux différents). Et c’est parti !

IMG_3311

Il suffit de faire glisser l’applicateur sur la peau (épilée ou non, peu importe : mais sachez que là où il sera le plus efficace, c’est si les poils sont faciles à détecter – donc sur une jambe rasée depuis 2/3 jours, c’est le top). Au total, il faut faire glisser l’appareil sur la zone à traiter complète, deux à trois fois. Donc sur une jambe comptez 6 à 7 minutes. Et sur aisselles ou maillot pas plus de 3 minutes. A chaque fois que l’applicateur va croiser des poils, il va flasher !

Et pour illustrer cette explication qui, j’en ai conscience, peut paraître abstraite, un magnifique GIF (mouais) :

via GIPHY

J’ai commencé au début à puissance minimale puis j’ai vite monté au max constatant que je ne ressentais aucune douleur. Les flashs dégagent une sensation de chaleur qui s’intensifie un peu (certes) au troisième passage car on sent que le follicule pileux (parfois, j’utilise des mots) chauffe un peu, et c’est le but. J’évite soigneusement le passage sur mes grains de beauté car j’ai remarqué que cela chauffait beaucoup plus sur ces zones. On n’est jamais trop prudent… et je suis douillette. Bizarrement, les aisselles chauffent un peu plus et j’avoue que le troisième passage n’est pas hyper agréable mais encore une fois rien d’insurmontable et je pense que c’est à cause du fait que les poils y sont plus drus à cause de rasages plus réguliers.

 

Mon verdict, après 7 semaines d’utilisation

Bon, en fait, déjà au bout de 4 semaines je voyais les résultats. Des poils qui repoussent très peu voir pas du tout. Au bout de 7 semaines, je me suis rendu compte que j’espaçais beaucoup plus les rasages et surtout que les poils étaient tout simplement moins nombreux. Au bout de 10 semaines (et je pense que du coup je vais pouvoir arrêter) mes jambes sont toutes lisses et je guette un débarquement qui ne vient pas. Bluffée je suis. Bon, je garde la machine au chaud, car au bout d’un an (en général) il faut recommencer. Mais franchement, pour une technique issue des instituts et long-terme, j’ai trouvé cela vraiment peu contraignant et très efficace.

J’ai poussé le test à la zone des aisselles et là ça a été un peu plus compliqué. Les poils sont moins nombreux c’est vrai mais je ne peux pas ranger le rasoir tout de suite. Je pense cela-dit poursuivre sur cette zone, démarrée plus tardivement.

Q&A

Vous avez été nombreux à me questionner sur cet appareil alors j’ai combiné toutes vos questions pour y répondre ici, avec l’aide des équipes MĒ et bien entendu en me basant sur ma propre expérience :

✨ Est-ce que ça fait mal ?

Tout est relatif et la sensibilité de chacun est particulière. Mais je n’irais pas parler de douleur, plus de gêne, de sensation de chaleur assez forte qui passe quasi-instantanément. Je pense que cela dépend de la carnation de la peau et que plus la peau est foncée, plus cette sensation sera intense.

Est-ce que les tatouages posent un problème ?

Alors, pas de contre-indication claire de la marque, ni lors de ma rencontre avec eux ni sur le site. Par contre, pour être honnête, je ne m’y aventurerai pas. Effectivement, j’aurais vraiment peur que les flash de lumière pulsée associées aux radio-fréquences endommagent les pigments de mon tatouage. Je fais surement erreur mais il y a eu un gros buzz « alerte ! alerte ! » qui s’est déclenché dans un coin de ma tête au moment où j’allais le tester sur mon bras (où 4 pauvres poils se battent en duel, en plus de ça…). Dans la mesure où la lumière pulsée vient « sécher » l’eau présente dans le follicule pileux pour le dessécher progressivement et le tuer, je me rationnellement que les cellules de la peau ne risquent rien. C’est étudié pour. Mais bon, c’est comme ça, sur les tatouages, ce sera sans moi.

✨ Est-ce adapté aux peaux noires ?

Il n’y a pas de contre-indication à l’utilisation. Sleek peut être utilisé sans danger (selon les dires de la marque) sur une peau noire. Par contre, la sensation de chaleur sera bien plus intense. Les effets de la radiofréquence ne seront pas remis en question mais ceux de la lumière pulsée seront à modérer car les peaux noires absorbent les flashs de lumière qui sont alors moins concentrés sur poil. Mais la marque précise que l’appareil garde une efficacité très satisfaisante sur toutes les peaux.

✨ Est-ce adapté aux hommes ?

Un grand OUI ! Cette machine peut-être utilisée sur toutes les parties du corps (féminin ou masculin) sauf sur les muqueuses (faut pas déconner non plus). Attention cependant, contre-indication pour les visages d’homme (la barbe je pense). Il est précisé sur le site que cela peut entraîner des complications donc je ne recommande pas.

Beaucoup d’informations supplémentaires sur la technologie Elos et les conditions d’utilisation ICI.

Dispo à 299 € chez Boulanger

Dispo à 249 € chez Darty

Pour moi, c’est un vrai pas en avant dans les problématiques d’épilation !

 

NB : chacun est libre ou non de s’épiler. Je ne prône pas ici la dictature de l’épilation. Je suis plus à l’aise sans mes poils, c’est mon droit. Les filles, vous ne voulez pas vous épiler, vous considérez que les poils font partie intégrante de votre féminité (ou tout simplement de vous en tant qu’humain) et vous voulez les garder ? FAITES LE 🙏🏼 – Personne n’a le droit de vous faire la moindre remarque désobligeante à ce sujet. 

 

Un commentaire sur “J’ai testé Sleek : épilation durable « at home »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *