Deux chiens à la maison : les nourrir, les soigner, les occuper, les éduquer

Hello vous,
Je reçois très régulièrement des questions à propos de mes deux chiens, Yoda et Oural. J’avais donc envie d’y concentrer ici les réponses aux questions qui reviennent le plus souvent ! Je pourrais ainsi mettre cet article régulièrement avec vos nouvelles questions.

/ Photos par Loïck Le Meur – lqqz.fr /

Vivre avec deux chiens, dont un gros chien, ce n’est pas toujours de tout repos, c’est beaucoup de temps et d’attention à accorder mais c’est aussi beaucoup de joie en perspective. Je le compare assez souvent au fait de choisir d’avoir des enfants ou non, car c’est un véritable engagement. On s’engage à éduquer, à soigner, à donner du temps, à être attentif, à être responsable et à créer un vrai lien avec son animal. Je pense vraiment que ce n’est pas donné à tout le monde d’être un bon maître, comme ce n’est pas donné à tout le monde d’être un bon parent. Avant l’adoption, une question, s’il ne doit en persister qu’une : suis-je prêt à faire passer le bien-être et le bonheur de cet animal en priorité, avant moi-même, mes projets, mes envies, pendant les 15 prochaines années ? Si la réponse est oui… alors vous êtes peut-être prêts !

Passons à vos questions :

  • D’où viennent tes chiens ?

Yoda est mon tout premier chien. J’avais 23 ans. Il vient de chez un particulier à qui je l’ai acheté. C’est une dame qui avait fait faire une portée à sa chienne. J’ai pu aller rendre visite plusieurs fois à la maman et aux petits avant d’adopter Yoda. Pourtant, dès la première rencontre ça a été un coup de foudre. Yoyo était le plus petit de la porté, noir avec une petite patte avant blanche : adorable. Dès ma première visite il s’est endormi sur mes chaussures et ne voulait plus bouger. La dame m’a appelée deux semaines avant que Yoda soit sevré pour que je vienne le chercher car sa maman essayait de le tuer et ne voulait plus le nourrir. Elle avait du sentir qu’il avait des malformations au niveau de la colonne. Depuis, Yoyo, c’est mon bébé. Il n’a clairement pas été éduqué comme il faut, mais il est d’un naturel facile, affectueux et curieux. C’est une petite patate à câlins. Aujourd’hui, et avec le recul et les informations que j’ai, je ne prendrais pas un premier chien chez un particulier (ni un deuxième, ni un troisième d’ailleurs). D’autant plus quand on sait que beaucoup de bouledogues sont abandonnés chaque année, car ils coûtent cher en frais de santé…

Concernant l’origine et l’arrivée d’Oural, tout est expliqué ici, donc je ne vais pas revenir trop en détails là dessus. Je souhaitais prendre un deuxième chien depuis quelques temps. J’avais en tête, de façon assez catégorique, d’adopter en refuge, les sachant pleins et afin de donner une seconde chance à un loulou qui n’en a pas eu assez. Mais cela n’a pas pu se faire après des tentatives, beaucoup de réflexion et surtout les conseils de mon vétérinaire qui s’inquiétait beaucoup pour le bien-être de Yoda qui a une santé fragile, qui doit éviter tout stress et qui a un caractère un peu… spécial (comme moi, ahah). Yoda, il lui fallait un petit bébé qu’il prendrait sous son aile. Je raconte tout dans cet article. Oural vient d’un élevage français, qui se spécialise dans le berger allemand qui n’a pas été croisé pour obtenir un arrière train bas. Leurs chiens gardent une morphologie plus primitive (que je préfère, personnellement) et qui les rend moins sujets à des problèmes de dysplasie de la hanche. Il a été acheté dans une animalerie (Animalis) qui porte une attention particulière à la provenance et au bien être des chiens qu’ils vendent.

Par ailleurs, je suis engagée auprès d’un refuge, et je sais qu’un jour, avec de l’expérience et un contexte plus favorable, je pourrais offrir une nouvelle vie à l’un des chiens qui y sont de passage.

  • Comment as-tu fait pour que Yoda accepte Oural après plusieurs années seul avec toi ?

Le premier contact entre Yoda et un autre chien et généralement décisif. D’expérience, je sais que si ça ne passe pas au premier coup, ça ne passera jamais. C’est ce qui a été très compliqué lors des tentatives de rencontres en refuge. La rencontre entre Oural et Yoyo s’est faite dans une salle de jeu de l’animalerie. C’était SI MIGNON. Yoda n’était pas rassuré mais il montrait de la curiosité pour Oural. Il a très bien accepté qu’on ramène ce dernier (qui faisait alors la même taille que lui) à la maison. Dès le premier soir, il est allé dormir dans le panier d’Oural pour le rassurer (car il y a avait des feux d’artifice et qu’il paniquait). Les choses ont bien sûr demandé un peu de temps mais il n’y a jamais eu de vrais soucis. J’ai fait bien attention à ne pas favoriser l’un ou l’autre.

Aujourd’hui, ils s’entendent à merveille. Ils jouent beaucoup ensemble, font la bagarre sans jamais se faire mal, font des câlins, s’apportent leurs jouets… et sont souvent de mèche pour les bêtises !

Oural a beaucoup appris de Yoda en l’observant. Il a beaucoup agi par mimétisme, ce qui a aidé pour l’éducation.

  • As-tu pris une assurance pour tes deux loups ? Si oui, laquelle ?

Oui ! Pour Yoda j’ai bien une assurance, depuis que je l’ai avec moi, car il a beaucoup de soucis de santé (problèmes de peau, hernies multiples, malformation de la colonne), donc il était plus prudent d’être accompagné. Il s’agit de l’assurance Assur’O Poil. Au début c’était très intéressant et rentable. Je payais une trentaine d’euros pas mois. Au fil des années ils augmentent mes mensualités. Je paye aujourd’hui pratiquement 50€ ce qui est moins rentable sur les années où il se porte bien. Mais on est jamais à l’abri d’une opération avec Yoda. Alors je la maintiens.

Pour Oural, pas d’assurance pour le moment. Je mets de côté chaque mois pour pouvoir pallier une éventuelle grosse dépense si besoin de le soigner en urgence.

  • Comment occupes-tu tes chiens ? Quand tu travailles de chez toi par exemple.

En temps normal (comprendre ; hors période de confinement), Oural et Yoda sortent beaucoup. Leur énergie est donc surtout dépensée dehors, au parc (qu’on a la chance d’avoir juste en bas de chez nous). La plupart du temps, ils sont lâchés ce qui leur permet de courir, de gambader. On est en général sur une sortir de 30 à 45 min le matin, une autre d’une heure entre midi et deux, une autre vers 18h d’une heure aussi, une de 15/30 min à 20h et un dernier pipi rapide avant d’aller dormir. Donc Oural et Yoda, malgré leur vie en appartement, sont dehors à courir ou gambader pratiquement 3 heures par jour. Mon vétérinaire me dit qu’ils sortent bien plus que certains chiens en maison, à qui on ouvre juste la porte de la maison pour un pipi.

En général, entre les promenades, il dorment ou ils jouent ensemble à la bagarre. Ils on à leur disposition un panier avec pas mal de jouets variés : balles, peluches, cordes, trucs à mâchouiller pour qu’ils s’occupent et ne se lassent pas. De temps en temps, s’ils sont trop agités, je leur donne du lait de Yack séché que je trouve chez Croquetteland (ça c’est leur nouveau truc préféré, et ça dure une éternité, mais attention, la matière devient poreuse et peut tacher si le chien joue avec sur une surface en tissus) afin qu’ils se calment en se faisant les dents dessus. Ils aiment aussi beaucoup se faire les dents sur les Good Chew de Pedigree, que je trouve en animalerie, sur Croquetteland ou en supermarché. Oural et Yoda les adorent car ils sont très solides et qu’il faut tirer un peu pour en faire des petits morceaux. Ceux-là aussi durent une éternité et ont le mérite de ne pas tacher le canapé ou le tapis. L’avantage, c’est que je les trouve en grande surface et que je peux me réapprovisionner en même temps que je fais mes courses. Je leur propose aussi souvent des bois de cerfs qui les occupent longtemps, sont bons pour leurs dents et dispos chez Kleps. Oui, en général, mordre des trucs et les réduire en poussière, ça les occupe bien.

J’ai aussi trouvé des jeux de patience et de dextérité, et jeux d’éveil pour les chiens chez Croquetteland. Yoda n’est clairement pas assez patient pour cela. Lui il veut soit détruire, grignoter ou téter. Par contre, Oural commence à s’y intéresser de plus en plus. En général je laisse un plateau dans lequel sont cachés des gâteaux, à sa dispo’, pendant une petite heure dans la journée. Au début il s’en fichait ou retournait le plateau pour avoir les friandises. De plus en plus il comprend qu’il y a des choses à faire pour récupérer les friandises. Il pose sa patte sur les boutons, tire les cordes… il est prouvé scientifiquement que donner une occupation plus axée sur le travail de l’intelligence va canaliser l’énergie du chien et le fatiguer plus rapidement qu’un jeu de balle. Donc, si en ce moment, avec le confinement, vos chiens sont intenables, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Bon, n’allez pas passer commande de choses non indispensable, mais si vous commandez vos croquettes sur le site Croquetteland ou Wanimo, par exemple, profitez-en pour glisser l’un de ces jeux dans votre panier. On peut aussi jouer à la friandise cachée avec des gobelets que l’on interchange. Le chien devra alors deviner où se cache la croquette. Pas plus d’une dizaine de fois de suite… après le chien se lasse. Ce petit exercice quotidien suffit à faire travailler ses méninges. Vous pouvez aussi vous amuser à cacher une friandise très odorante dans une pièce et le laisser la chercher !

D’ailleurs, vous êtes souvent nombreux à me demander si vivre avec un berger allemand n’est pas trop compliqué en appartement. Si on lui accorde du temps, s’il sort se dépenser suffisamment, s’il a des occupations, ce n’est pas un souci. Si j’avais été en plein Paris, cela aurait été plus tendu car je n’aurais pas eu le parc à dispo pour qu’il court plusieurs heures par jour. Et je sens qu’il en a vraiment besoin. Beaucoup de chiens développent des soucis de comportement, en appartement ou en maison et la cause première est bien souvent l’ennui ou le manque d’occupations : aboiements, destruction, agressivité… Il n’y a presque jamais de chiens problématiques. Il y a bien trop souvent un maître problématique, un manque d’attention, un manque de temps accordé. Pas de secret : les jours où mes loups sont intenables sont les jours où j’ai moins de temps à leur accorder.

  • Pas trop compliqué, les promenades ?

On a eu des bas… et des hauts !

Oural a longtemps été en position de protecteur vis a vis de moi, mais aussi de Yoda. J’ai pu régler le souci vis a vis de moi. C’est encore un peu tendu s’il sent que je suis très fatiguée ou malade, mais globalement ça va. Si je suis sûre de moi et en forme, il me fait confiance pour gérer la situation. Par contre, il continue de protéger Yoda. Donc si Yoda a une réaction par rapport à un chien ou autre, Oural va tout de suite se mettre à aboyer.

J’ai beaucoup appris d’un livre en particulier pour comprendre les différentes réactions de mon chien et savoir comment réagir moi-même. Par exemple, en criant ou en le caressant pour le rassurer, on lui confirme en quelque sorte qu’il y a un souci et cela n’arrange pas les choses. Ce livre m’a été recommandé et m’a été très utile : Les signaux d’apaisement : Les bases de la communication canine.

Un éducateur m’avait recommandé le collier étrangleur pour que je sois en mesure de retenir Oural mais ça ne m’a pas plu du tout. Aujourd’hui, je me contente d’un harnais anti-traction (déniché chez Kleps), et de beaucoup de patience dans son éducation, mais aussi d’indulgence envers moi pour reprendre confiance et assumer mon rôle de chef. Aujourd’hui on a encore quelques petits écarts mais je réagis mieux et Oural se calme très vite. Les promenade sont devenues très agréables et moins sujets de stress pour moi. S’il n’y a personne, les loups sont détachés. Dès qu’il y a un enfant ou un chien que l’on ne connait pas, ils sont en laisse. Les deux modes de promenade leur conviennent très bien même si Oural semble plus apaisé et réceptif à mes ordre lorsqu’il est détaché.

  • Quel est ton remède contre les poils partout ?

L’aspirateur, plusieurs fois par jour ! Je ne laisse pas les poils s’accumuler.

Le matin et le soir, je passe un coup d’aspirateur (le Dyson Animal) sur les sols, tapis et sur le canapé. Je secoue les plaids chaque matin au balcon pour les débarrasser des poils et je brosse les loups quotidiennement en période de mue (changement de saison) pour en enlever le plus possible en extérieur. Ça évite beaucoup les odeurs de chien dans la maison, car les odeurs sont en général générées par les poils qui stagnent depuis plusieurs jours. Malgré ça il en reste et si je m’endors sur le canapé avec un pull blanc, il est parsemé de jolis poils noirs à mon réveil. Je fais abstraction de ça. J’ai des brosses anti poils pour mes vêtements, des boules anti poils pour la machine à laver… on trouve toujours des solutions !

  • As-tu fait castrer tes chiens ou l’un des deux pour que la cohabitation se passe bien ?

Oui ! Le vétérinaire nous l’a conseillé. Il pensait que la cohabitation se passerait mieux ainsi. Je n’aurais de toute façon pas eu le choix : Oural avait un souci de santé, petit, qui rendait la castration obligatoire (un testicule était resté coincé dans son abdomen) et Yoda a développé une petite tumeur bénigne qu’il a fallu retirer. Tout a donc été retiré. Les opérations se sont très bien passées et les convalescences très rapides. Je n’ai noté aucun effet secondaire négatif à cela. Yoda s’est calmé et a arrêté de s’exciter sur des trucs improbables, ce qui était plutôt un soulagement…

  • Quels sont tes conseils face à un chien qui a tendance à trop chouiner d’impatience ?

J’aurais tendance à dire que, comme pour un enfant, un chien qui “chouine” a besoin de quelque chose et cherche à communiquer avec toi. S’il demande de l’attention, il serait intéressant de voir s’il est assez occupé, stimulé ou s’il se dépense dans la journée. Après, certains chiens sont juste des comédiens nés et veulent qu’on ait les yeux fixés sur eux et la main posée sur leur tête H24 (coucou Yoda). C’est impossible bien sûr. Il faut chercher à les rassurer. Avec Yoda, par exemple, poser une couverture un peu lourde sur lui l’apaise instantanément. Oural chouine beaucoup d’impatience et de joie avant la promenade, lorsqu’il sait qu’on y va. Cela ne me gène pas outre mesure. C’est un mode d’expression et en l’occurence il exprime sa hâte de passer un moment avec nous et sa joie à l’idée de s’amuser. Je ne chercherai pas à étouffer cela !

  • Que mangent tes chiens ?

Ils sont aux croquettes (Wilderness viande rouge pour Oural et Edgar & Cooper saumon et légumes pour Yoda, sans céréales) le matin et pattées le soir (Edgar & Cooper pour les deux). Ils pont de temps en temps des repas maison avec du poulet, des légumes, de la viande rouge, de l’oeuf, du poisson… Oural adore les haricots verts !

Ils ont des petites friandises à côté, bien sûr et un petit Dentastix (Pedigree) dont je soustrais les calories à la dose de croquettes. Je fais attention car Yoda avait pris un peu de poids dernièrement.

  • Que donnes-tu à tes chiens pour le soin de leurs dents et de leur poil ?

Comme je le disais ci-dessus il y a les Dentastix de Pedigree. Yoda en prend depuis qu’il est petit et il n’a jamais eu de souci de plaque dentaire. En plus, ils ont des cornes et friandises à mâcher qui aident bien en ce sens. Oural ayant tendance à faire plus de tartre que Yoda (ça peut vite devenir dangereux) et le détartrage mécanique ne se faisant que sous anesthésie générale, je fais davantage attention. Ses dents sont brossées plusieurs fois par semaine avec un petit doigtier en latex et un dentifrice adapté. Il adore ça ! On en a fait un jeu. Vous pouvez trouver ce genre de choses chez votre vétérinaire, en animalerie ou sur Amazon.

  • Quelle est ta solution contre les aboiements ?

Vaste sujet !

Avec Yoda, je n’ai jamais eu de souci. Il n’aboie jamais. Presque jamais. Uniquement quand un livreur sonne, et ce n’est pas bien méchant. Oural s’exprime davantage… et cela m’a valu quelques soucis de voisinage. Ce sont soit des aboiements d’excitation et dans ce cas là je les calme assez vite en jouant avec lui et en détournant son attention, soit des aboiements de peur et de protection. Dans ce dernier cas, c’est souvent lorsque je ne suis pas là (sinon, c’est pas drôle). J’ai toujours pu laisser Yoda seul dans tout l’appartement quand je m’absentais, donc j’ai fait la même chose avec Oural. Cependant, ce dernier ne l’a pas bien vécu. Cela faisait une trop grande surface à couvrir et à défendre et donc engendrait du stress et des aboiements. Désormais, quand je m’absente, je les isole dans ma chambre, avec leurs paniers, de l’eau des des doudous afin d’instaurer un temps calme et je tire les rideaux pour que l’extérieur ne soit pas visible. Cela tout changé du jour au lendemain.

J’utilise aussi une caméra Furbo pour pouvoir les surveiller en mon absence et m’assurer qu’il n’y avait pas de souci, qu’Oural n’embête pas trop Yoda, qu’il n’aboie pas (en cas de de plainte des voisins, le fait d’avoir des enregistrements est un bon support de défense). Ma voisine, qui a très très peur des chiens et qui a vu l’arrivée d’Oural d’un mauvais oeil, me signalait souvent des aboiements en mon absence. Cependant, une fois que je l’ai informée de l’installation de la caméra, elle n’a plus jamais exagéré sur le sujet. Pratique. Je vous en parle plus en détails, via cette IGTV.

  • As-tu des conseils pou préparer un chien à un vol en avion (long-courrier) ?

Alors, pour ma part, je ne souhaite pas faire voyager mes chiens en soute, donc par d’avion ici. Et les deux sont trop lourds pour voyager en cabine. Du coup, je ne saurais pas trop t’aider. La priorité sera de veiller à ce qu’il n’ait pas trop froid ou trop chaud, qu’il soit bien hydraté et qu’il se sente à l’abris, je pense. Peut-être qu’un peu de Rescue Pets de Bach pourrait aider. Je leur en donne avant un voyage en voiture et cela fait des miracles en termes d’apaisement !

  • Tes chiens partent en vacances avec toi ? Comment ça se passe ?

Ça se passe très bien ! Mes dernières vacances ont été pensées aussi en grande partie pour eux. J’ai envie de passer du temps avec eux et de pouvoir les emmener. Ma voiture est adaptée à leur transports, on passe du temps à sélectionner des AirBnb Pets Friendly (les bonnes évaluations et les commentaires sympas des propriétaires précédents, à propos des chiens et de notre respect des lieux… aident beaucoup). J’ai donné quelques tips, lors de mon dernier voyage à Suisse, ici, à ce propos !

Lorsque je dois partir pour le blog ou le boulot et qu’il m’est impossible d’emmener mes chiens avec moi : 1) je n’aime pas ça 2) je les fais garder à la maison par une personne de confiance, qui les connait bien et que je paye pour cela. C’est pour moi la meilleure alternative de garde quand on en a les moyens.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas !

Un commentaire sur “Deux chiens à la maison : les nourrir, les soigner, les occuper, les éduquer

  1. Coucou !
    J’attendais cette article avec impatience.
    Je vais sans doute acheter le livre dont tu parles, la mienne a tendance à de plus en plus aboyer pour un “rien” (personne qui passe, un bruit) et ça environ 1 fois toutes les 30 minutes aha jamais longtemps mas ça devient vite chiant… Puis même, si ça peut m’apprendre à mieux connaître mon petit bébé !!
    Elle aura le droit à toutes les petites gourmandises que tu as cité pour la faire patienter quand je m’absentes ou qu’elle veut s’amuser et que je ne peux pas / ou que je l’ai déjà fait.

    Des bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *